Interview Sandra DJANGONE: « ESMËE, le fait main nomade chic » 

Hello Bioty’s !

Nous recevons Sandra DJANGONE, Designer fait main depuis 2007 et fondatrice de la marque ESMËE. Dans cette interview, elle nous transporte dans l’univers de sa marque à travers des interventions qui témoignent de sa grande passion pour la haute couture.

 Bon voyage…

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Sandra Djangoné, j’ai 28 ans et je suis franco-ivoirienne. Je réside pour l’instant à Yamoussoukro, ma ville de naissance.

Ma philosophie? Sois le changement que tu veux voir dans le monde de Mahatma Gandhi.

Sandra DJANGONE, Esmëe, Robe Kimono en soie Kimiko

Depuis combien de temps faites-vous ce métier ?

Depuis 10 ans, je travaille dans la haute couture et avec l’expérience j’ai pu exceller dans mon domaine. Depuis que j’ai 16 ans, j’ai su que je voulais travailler à mon compte pour exploiter mon savoir-faire et le faire perdurer. Car la technique de la haute couture, c’est un travail de qualité, de finesse et de perfection. Cela donne de la valeur aux vêtements. Il faut savoir le préserver car c’est précieux.

Esmëe, Maiko

 Quelle formation avez vous suivi pour exercer ce métier ?

J’ai étudié la mode à la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne ou les talents de Karl Lagerfeld, Issey Miyake, Yves Saint Laurent, Valentino et d’autres sont nés puis à MJM Graphic Design, l’école des métiers de l’Image & du Design.

Sandra DJANGONE, Esmëe,  Azami

Comment se sont déroulés vos débuts dans la haute couture?

La mode c’est un monde très délicat… au début je trouvais facilement des stages, des offres d’emploi à durée déterminée mais au fur et à mesure que les années passaient cela devenait très difficile de trouver un bon poste comme finisseuse car j’adore le travail à la main. Toucher les matières, donner une âme au vêtement…Je savais au fond de moi que je voulais lancer ma marque car je ne voulais travailler pour personne. Quand je rentrais du travail le soir, je créais des vêtements chez moi que je confectionnais ensuite. Grâce à mon parcours, je sais ce que je veux. Cela m’a forgée.

Esmëe, Noaki

Pouvez-vous nous décrire votre processus de création ?

Déjà il faut savoir que mes idées me viennent à tout moment, en rêve, en lisant un livre, en dessinant, en marchant, en écoutant de la musique, etc.… Je suis tout le temps stimulée (rires). Lorsque j’ai une idée de création, je dessine le modèle ensuite je crée un prototype que je montre à mon couturier qui lui confectionne le vêtement. Je participe au patronage et à la découpe avec lui. Je vérifie le travail et j’insiste sur la technique de la haute couture. Car ma marque véhicule la qualité du fait main.

Esmëe, Masami

 C’est quoi le plus dur dans votre métier ?

Le plus dur c’est d’avoir de la reconnaissance en tant que grand créateur.

Comment décrivez-vous votre style et Quelle est l’image de la femme que vous souhaitez mettre en valeur?

Passionnée de voyages, ma marque adore s’imprégner des cultures étrangères pour les influences ethniques. D’abord ESMËE est inspiré de Esmeralda l’un des principaux personnages du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Sa beauté atypique, son esprit libre et son fort caractère ont beaucoup joué dans mon choix. ESMËE c’est le « fait main » nomade chic, l’univers de la marque s’adresse aux femmes à la recherche d’authenticité et qui ont le goût des voyages avec un esprit nomade.

Je souhaite mettre en valeur cette femme à la recherche de simplicité sans artifice, de poésie avec des matières nobles et d’une vie de bohème avec des pièces uniques reflétant son esprit libre.

Esmëe, Masashi
Esmëe, Veste: Reiko, Pantalon: Nishi

 Vous faites un métier qui nécessite de la créativité. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

C’est la nature! Elle me ressource. Pour pouvoir être en accord avec moi même et créer, j’ai besoin de ma paix intérieur.

Je suis passionnée par le Japon et la tribu Peul aussi, cela m’inspire énormément…

 

Y’a-t-il des grands couturiers qui vous inspirent particulièrement ?

Oui, Kenzo Takada, Giada Forte…nous avons presque les mêmes univers.

 Comment s’annonce l’année 2017 pour vous? Pouvez vous nous parlez de votre prochaine collection?

Je vivais en France et j’ai décidé de venir dans mon pays d’origine la Côte d’Ivoire pour me faire connaître en tant que Designer. Je souhaite participer au développement de mon pays et apporter mon savoir faire dans le monde de la mode. Pour l’instant, je cherche de la visibilité. J’ai eu à rencontrer beaucoup de boutiques pour faire des collaborations de mode. Bientôt, vous pourrez trouver mes modèles dans plusieurs boutiques à Abidjan ensuite je compte ouvrir une boutique ESMËE à Yamoussoukro car j’y suis basée.

Concernant ma prochaine collection, il y aura toujours le kimono car c’est ma pièce fétiche. C’est des lignes épurées mais la découpe et les détails sont travaillés.

Je ne suis pas le code des collections car je crée autant que je veux et à tout moment, donc surprise (rires).

Esmëe, Natsumi

 Si vous étiez l’une de vos tenues, laquelle serait-ce et pourquoi ?

J’aime porter un vêtement confortable qui en même temps me fait sentir féminine donc je dirais une robe kimono longue en soie avec une ceinture que j’ai faite à la main pour marquer la taille. J’aime ce côté fluide de la soie et le toucher qui est en accord avec la peau.

Quel a été votre pire souvenir à titre professionnel?

Les fausses promesses…mais avec le temps, j’ai pu rencontrer des bonnes personnes qui m’ont guidée jusqu’aujourd’hui.

Quelle a été ta plus belle récompense ?

Ma plus belle récompense c’est d’avoir la chance de faire le métier que j’ai toujours voulu faire…Je remercie infiniment mes parents d’avoir cru en mon projet car c’est grâce à eux que j’ai pu me consacrer qu’au développement de ma marque.

Qui est Sandra DJANGONE en dehors de la haute couture ?

Adepte du minimalisme, je suis  un peu réservée par moment, curieuse , inventive, travailleuse et perfectionniste. J’ai toujours eu foi en mon rêve. Je porte un regard émerveillé sur les possibilités que le monde peu offrir et de voir qu’il reste encore tant à exploiter. Éternelle amoureuse de la nature cela contribue à mon harmonie intérieur. »

Esmëe, Akimi
Esmëe, Okura

Comment doit-on procéder pour acheter vos tenues?

Mon site de vente est en construction pour l’instant, on peut trouver ma marque chez ETTYKA (Plateau Rue Des Banques). Je serai dans d’autres boutiques très prochainement, pour être informé, voici mes réseaux sociaux:

https://www.facebook.com/ESMËE-Paris-1605595136376618/

https://www.instagram.com/esmee.paris/

Mon mail: sandra_djangone@yahoo.fr

Esmëe, Haru
Kimono long Teijo shibori (tie and dye)

 Un dernier mot à nos lectrices

ESMËE est l’emblème d’un art de vivre au style et à l’esprit nomade chic.

J’espère apporter un vent nouveau dans le monde de la mode en Côte d’Ivoire qui vous donnera envie de découvrir mon univers qui fera voyager votre âme.

Kimonos, été 2017

Comme moi, j’espère que vous avez ressenti la passion entre les lignes de cette interview.

ESMËE, la haute couture fait main nomade chic

Très bonne semaine à Vous ! 

Vous êtes entrepreneur (ou connaissez des entrepreneurs près de chez vous), vous souhaitez partager votre passion n’hésitez pas à nous contacter à albioty@gmail.com.


Ahou K. 


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s